Le métier de podologue equin

En situation saine, l'os du pied, appelé troisième phalange, est parallèle au sol. Dans ce cas, l'angle de la couronne avec le sol est de 30 degrés en moyenne. La paroi du sabot est parallèle à cet os selon un angle d'une moyenne de 45 degrés pour un antérieur et 55 degrés pour un postérieur.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Pourquoi la podologie équine ?

 

De plus en plus de propriétaires ne souhaitent plus la ferrure, soit par philosophie, soit parce qu’ils ont connus de nombreux échecs avec les traitements conventionnels.

Pour ceux qui le choisissent par philosophie,  il est important de savoir et prévenir qu’un cheval pied nu avec des déformations qui subsistent ne fonctionnera pas.  Les conséquences seront les mêmes que pour un cheval ferré. Pas de mécanisme naturel, pas de fonctionnement.

En effet, beaucoup de propriétaires ne comprenne pas pourquoi leur équidé est malade (ou devient malade), ou qu’il marche mal ou que celui-ci est sensible sur certain sol ‘alors qu’il est pourtant pied nu’ ! Ils considèrent cette mise au pied nu comme un échec. Or il y a des règles pour un pied nu fonctionnel que seuls le podologue peut vous expliquer par analyse complète du cheval.

Pire, énormément de chevaux pieds nus développent des problèmes métaboliques mais les propriétaires ne font pas la corrélation avec d’éventuels dysfonctionnements des sabots (SME, Cushing, insulinorésistance … ).

Très peu de professionnels en France sont formés au fonctionnement du sabot et l’impact sur le métabolisme. L’approche est très compliquée et exige formation et expérience certaine.

Pour les propriétaires qui se tournent en dernier espoir vers des méthodes holistiques, il est important de savoir qu’un déferrage n’est pas un acte anodin. Par méconnaissance, et par soucis de soulager leur animal rapidement, on pense que déferrer simplement ‘soulagera’ . Or il n’en est rien. Les conséquences peuvent être dramatiques si ce déferrage n’est pas appréhendé par un podologue formé.

Mais comment choisir son professionnel ?

Tout d’abord, un podologue doit être issu d’une formation longue. Même avec une formation longue, la complexité de l’approche holistique exige une expérience certaine pour le professionnel qui se tourne vers des chevaux pathologiques.

De plus, la loi exige aujourd’hui que tous les intervenants sur les sabots soient diplômés de maréchalerie ou de médecine vétérinaire.  Même si ces métiers sont différents, la règlementation a été fixée.

Le podologue dispose de connaissances anatomiques pointues, de physiologie équine, de l’étude de l’impact de l’environnement sur le métabolisme et le sabot. Il est capable de trouver les causes des déformations des sabots et des dégâts provoqués sur les structures internes. Un bon podologue sait ce qu’il faut toucher ou ne pas toucher pour rétablir le mécanisme du sabot.  

Le pédicure équin n’agit que sur l’esthétisme de la boite cornée.

Le maréchal ferrant prépare le sabot grâce à des parages qui vont permettre l’application d’un fer. La paroi porte entièrement le poids du cheval puisque le fer épouse complètement celle-ci. Ce parage est appelé ‘parage à plat’. Le mécanisme du sabot est impossible car figé. La circulation du sang est diminuée. La ferrure est nécessaire pour les chevaux qui vivent au box ou qui ne peuvent disposer d’une totale liberté de mouvement 24h/24 toute l’année sur tous types de sols.

Pourquoi appeler le podologue équin?

  • Pour entretenir votre cheval pied nu et lui procurer des sabots solides et endurants
  • Pour améliorer la locomotion des chevaux adultes
  • Pour optimiser le développement, la locomotion et la croissance des nouveaux nés ou poulains (pieds bots, autres déformations ...)
  • Pour améliorer les performances sportives ( amortissement des chocs en CSO, circulation sanguine et vascularisation optimale pour l'endurance, allures et aplombs pour le dressage, endurant pour le complet... )
  • Pour réhabiliter les sabots des chevaux ferrés depuis des années
  • Pour améliorer et prévenir les pathologies liées à la locomotion avec ou sans boiterie (tendinite, fourbure, syndrome naviculaire, talons fuyants...)